• Accueil
  • Une réunion ministérielle à Lomé sur la facilitation du commerce sur le corridor Abidjan – Lagos.

Une réunion ministérielle à Lomé sur la facilitation du commerce sur le corridor Abidjan – Lagos.

Une réunion ministérielle à Lomé sur la facilitation du commerce sur le corridor Abidjan – Lagos.

Partager sur :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partout à travers le monde, les retards accusés dans la livraison des marchandises le long des corridors de transport affectent négativement le monde des affaires et constituent des défis majeurs à relever à tout prix. Cette situation a engendré l’émergence de la facilitation des échanges au niveau mondial.

Sur le continent africain, avec l’entrée en vigueur de la Zone de Libre Echange Continentale Africaine (ZLECAf) le 1er janvier 2021 et l’opérationnalisation des annexes sur la facilitation des échanges, la coopération douanière et le transit, le Secrétariat de la ZLECAf, cherche à coordonner les institutions de facilitation du commerce des Etats membres de l’Union Africaine (UA) pour développer des interventions, les buts et les objectifs souhaités de l’accord.

Pour ce faire, une réunion de haut niveau déclinée en deux grandes rencontres s’est déroulée du 16 au 17 septembre 2021 à Lomé. Elle a réuni les Ministres du Commerce, des Fonctionnaires des Douanes, le Secteur Privé ainsi que les Institutions Financières des pays du corridor Abidjan – Lagos.

Cette réunion a pour objectifs :

  • d’identifier les problèmes et défis contemporains auxquels sont confrontés les commerçants et autres parties prenantes le long du corridor Abidjan-Lagos ;
  • de développer et convertir des mesures pour réduire les bannières commerciales du corridor et ainsi renforcer le commerce régional et promouvoir l’intégration continentale ;
  • d’introduire des interventions qui favoriseraient des facilitations du commerce le long du corridor et renforceraient les interventions existantes ;
  • de proposer un corridor commercial dédié à la ZLECAf comprenant des points focaux de chacun des Etats membres du corridor ;
  • d’attirer des investissements dans les infrastructures le long du corridor grâce à la collaboration entre le secteur public et le secteur privé.

La première rencontre qui a eu lieu le 16 septembre 2021 a regroupé les experts et a eu pour but d’identifier les mesures et les interventions qui amélioreraient et faciliteraient le libre-échange transfrontalier de la ZLECAf le long du corridor Abidjan-Lagos.

La seconde rencontre, tenue le 17 septembre 2021 a connu la participation des ministres du commerce du corridor Abidjan – Lagos et a eu pour objectif de prendre les décisions idoines sur les voies et moyens à mettre en œuvre en vue de la réussite de ce projet.

Le corridor transporte environ 44 millions de personnes et 130 millions de tonnes de marchandises chaque année. Après la signature des prochains accords sur la facilitation des commerces sur le corridor Abidjan-Lagos, en moins de 5 ans, la population en transit devrait s’élever à plus de 45 millions. Les projections pour 2040 sont de plus de 65 millions de personnes.

Ce corridor contribuera de manière décisive à étendre les buts et objectifs de la ZLECAf en fournissant non seulement un cadre pour répondre aux besoins socio-économiques mais aussi en créant des activités socio-économiques et en promouvant le commerce transfrontalier.

Il est également prévu qu’il catalysera et améliorera les interconnexions avec d’autres corridors de transport sur l’axe nord-sud reliant les pays enclavés tels que le Burkina-Faso, le Mali, le Niger, ainsi qu’à l’Ouest reliant le Liberia et la Sierra-Léone.

La facilitation des échanges pourrait augmenter les flux commerciaux avec un bénéfice estimé à 250 milliards de dollars sur 15 ans selon un rapport de la Banque Africaine de Développement (BAD).