Aller au contenu principal

Le Togo en quête de 4 622 milliards de FCFA pour son plan de développement

Publié le : 13 juin 2019
 Le Togo en quête de 4 622 milliards de FCFA pour son plan de développement

L'Union Européenne pour soutenir le Plan National de Développement 

Tout programme de développement exige un financement, et le Plan national de développement (PND 2018-2022) du Togo n’échappera pas à la règle. Adopté depuis août 2018, le gouvernement continue d’en faire la promotion, et mobilise les grands moyens.
Ainsi, de concert avec l’union européenne (UE), le pays entend conjuguer ses efforts pour mobiliser les 4 622 milliards de FCFA nécessaires pour le financement de ce nouveau cadre de référence du gouvernement. C’est ce qui justifie, entre autres, le forum Togo – UE que le président Faure Gnassingbé vient de lancer ce jeudi à Lomé.
En marge de ce rendez-vous qui prend fin le 14 juin, le pays compte sur l’appui du secteur privé national à hauteur de 65% et du secteur étranger à 35% pour dérouler son programme élaboré sur une période de 5 ans. Durant ces deux jours, près de 400 participants dont 300 investisseurs des 28 Etats membres de l’UE échangeront sur les enjeux, opportunités et défis du développement au Togo.
Cette initiative, une première du genre, vise à créer une véritable synergie d’ensemble entre les partenaires privilégiés du Togo – notamment la Banque africaine de développement et l’UE – pour promouvoir un développement inclusif.
Pour le président Togolais, Faure Essozimna Gnassingbé, ce forum marque une étape majeure dans cette ère de renouveau et de progrès. « Le rendez-vous de ce jour apparaît comme une heureuse réminiscence, au regard de la place privilégiée que tient Lomé notre capitale dans la relation de coopération entre l’Europe et nos États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique », a-t-il indiqué.
Il s’agit pour lui, par ailleurs, de « la meilleure traduction de la convergence de vues entre la Commission européenne et le gouvernement du Togo sur la nécessité de consolider nos liens, en œuvrant ensemble à promouvoir davantage l’investissement et la création d’emplois, en vue de soutenir la croissance ».
Dans le contexte actuel de mondialisation, précise-t-il, qui accentue l’interdépendance entre les différentes parties du monde, le Togo a fait le choix le plus pertinent d’une union.
Évoquant la ZLECAF, le chef de l’Etat a souligné que son pays utilisera au mieux son avantage comparatif pour exploiter les opportunités qu’offrent ce marché riche de 1,3 milliard de consommateurs et un PIB de 2 500 USD. M. Gnassingbé étant convaincu que le secteur privé national se mettra en valeur pour relever ce défi de l’intégration.
S’exprimant lors du panel de haut niveau ayant pour thème : « développement soutenu, inclusif, durable et équilibré du Togo », Carlos Lopes, conseiller principal du gouvernement togolais pour le PND, a soutenu que l’Afrique doit faire face à 3 tendances pour assoir son développement. Il s’agit de la tendance démographique, climatique et technologique.
Le continent, explique-t-il, a une implication majeure de ces 3 tendances pour enfin prendre son décollage économique.
 Lors de cette première journée, des conférences, des rencontres B2B et des panels seront organisés pour discuter du développement du Togo en particulier, et de l’Afrique en général. Dans cette dynamique, les acteurs venus d’Europe et d’Afrique (décideurs, bailleurs, experts…) vont se pencher sur d’autres sujets relatifs à l’agriculture, à l’énergie, aux infrastructures et aux institutions financières.
Pour rappel, le Togo a officiellement lancé le PND en mars 2018. Ce programme à travers le secteur privé vise à créer 500 000 emplois dans le pays  d’ici 2022. Il s’articule autour de 3 axes : ériger le Togo comme hub logistique d’excellence et un centre d’affaires de premier ordre dans la sous-région, développer des pôles de transformation agricole, manufacturiers et d’industries extractives, et consolider le développement social et renforcer les mécanismes d’inclusion.

 

Top