Aller au contenu principal

Projets - Tous les projets

La lenteur et la multiplicité des formalités administratives ralentissent le passage des marchandises à travers les frontières. La volonté des Etats de rendre fluide les échanges et d’accélérer le passage aux frontières a abouti à la conclusion d’un accord historique, celui de la facilitation des échanges. Entré en vigueur le 22 février 2017, cet accord vise à accélérer le dédouanement, le mouvement et la mainlevée des marchandises y compris celles en transit. 
A l’instar des autres pays, le Togo a dans un premier temps, ratifié l’Accord le 1er octobre 2015, puis créé son comité national de la facilitation des échanges par décret n°2016-101/PR en date du 20 octobre 2016. Le comité est composé des services du secteur public, privé et des organisations syndicales.
Le comité a pour entre autres missions 
-    faire le suivi et l’évaluation de la mise en œuvre de l’accord sur la facilitation des échanges ;
-     veiller à la simplification des procédures, la réduction des coûts et des délais de dédouanement ;
-    veiller à l’harmonisation et à l’automatisation des procédures douanières et des pratiques commerciales.
 

Le CNFE est chargé de faciliter la coordination et le suivi de la mise en oeuvre de l'accord sur la facilitation des échanges au plan national.

il a pour mission de:

    - faire le suivi et l'évaluation de la mise en oeuvre de l'accord sur la facilitation des échanges

    - veiller à  la simplification des procédures, à la réduction des coûts et des délais de dédouanement

    - veiller à l'harmonisation et à l'automatisation des procédures douanières et des pratiques commerciales

    - élaborer des procédures pour l'échange des renseignements pertinents et des meilleurs pratiques. 

Dans le cadre global visant à reconstruire les bâtiments principaux des marchés de Kara et de Lomé ravagés par les incendies de janvier 2013,  le Gouvernement de la République togolaise a préparé le Projet d’Appui à la Reconstruction des Marchés et aux Commerçants de Kara et de Lomé (PARMCO) et a obtenu l’appui financier du Groupe de la Banque Africaine de Développement (BAD) pour le financement de ce projet.

 

Le projet s’aligne principalement sur le premier des cinq piliers de la Stratégie de Croissance Accélérée et de Promotion de l’Emploi (SCAPE) qui porte sur le développement des secteurs à fort potentiel de croissance, notamment le développement du commerce qui en est un, en dotant les entrepreneurs du secteur commercial d’outils et de techniques modernes du commerce. Par ailleurs, le projet s’aligne sur le troisième pilier de la SCAPE relatif au développement du capital humain, de la protection sociale et de l’emploi, en renforçant le secteur commercial qui est le second secteur pourvoyeurs d’emplois au Togo, après l’agriculture et le premier en milieu urbain.

PROJET D’APPUI A LA RECONSTRUCTION DES MARCHES ET AUX COMMERÇANTS DE KARA ET DE LOME (PARMCO)

 

Dans le cadre global visant à reconstruire les bâtiments principaux des marchés de Kara et de Lomé ravagés par les incendies de janvier 2013,  le Gouvernement de la République togolaise a préparé le Projet d’Appui à la Reconstruction des Marchés et aux Commerçants de Kara et de Lomé (PARMCO) et a obtenu l’appui financier du Groupe de la Banque Africaine de Développement (BAD) pour le financement de ce projet.

 

 

Top