Fonctionnement du ministère



"développer un système commercial performant à l’horizon 2030, contribuant de façon significative à la réduction de la pauvreté et apportant un appui compétitif aux secteurs porteurs de croissance de l’économie togolaise "
Présentation du Ministère et sa mission
Depuis 2012, le décret n° 2012-006/PR du 07 mars 2012 portant organisation des départements ministériels a restructuré le Ministère chargé du commerce et de la promotion du secteur privé de la manière suivante :
 
le Cabinet qui comprend :
le directeur de cabinet, les conseillers, la personne responsable des marchés publics, la commission de passation des marchés publics, la commission de contrôle des marchés publics, le chargé de mission, l’attaché de cabinet et le chef du secrétariat particulier.
 
le Secrétariat général (SG) ;

la Direction des affaires administratives et financières (DAAF) ;
 
 
la Direction du commerce intérieur et de la concurrence (DCIC) organisée autour de cinq divisions :
la Direction du commerce intérieur et de la concurrence (DCIC) organisée autour de cinq divisions : division du contrôle et de la prévention des fraudes, division de l’enregistrement des opérateurs économiques, division du règlement et du contentieux, division des statistiques.Elle est également implantée dans les régions économiques du pays notamment à Tsévié, Atakpamé, Sokodé, Kara et Dapaong ;
 
la Direction du commerce extérieur (DCE) structurée en trois divisions :
division des affaires administratives et financières, division des échanges et des organisations internationales et division des importations, des exportations et des statistiques ;
 
la Direction de la promotion du secteur privé(DPSP) organisée autour de trois divisions :
division appui et accompagnement du secteur privé, division recherche et promotion de l’investissement privé, division des petites et moyennes entreprises ;
 
la Direction du conditionnement et de la métrologie légale (DCML) comprenant trois (03) divisions :
division des affaires administratives et financières, division du Conditionnement et division de la métrologie légale.Elle est également implantée dans les régions économiques du pays notamment à Tsévié, Atakpamé, Sokodé, Kara et Dapaong ;
Les institutions et services rattachés notamment la Chambre du commerce et d’industrie du Togo (CCIT), le Centre togolais des expositions et foires de Lomé (CETEF-Lomé), la Commission nationale de la concurrence et de la consommation (CNCC), le Comité de suivi et des fluctuations des prix des produits pétroliers (CSFPPP), le Comité de coordination des filières café-cacao (CCFCC) et le Centre de formalités des entreprises (CFE).
 
Le département est doté d’une organisation [1] capable de répondre, par des prestations de qualité, aux attentes des groupes cibles que sont les consommateurs, les commerçants  et les opérateurs économiques. 
Il s’agit pour les différentes directions et services rattachés de :
  • mettre en œuvre la politique du gouvernement en matière de développement du commerce et de promotion du secteur privé ;
  • mettre en place, renforcer et promouvoir les structures et mécanismes d’appui au commerce et au secteur privé en vue d’accroître les investissements privés locaux et étrangers ;
  • renforcer la concertation entre les pouvoirs publics et le secteur privé ;
  • consolider à long terme les bases du développement de façon à créer un environnement favorable à l’expansion du commerce et du secteur privé ;
  • renforcer les capacités des acteurs du commerce et du secteur privé par des actions d’accompagnement.
Pour mener à bien cette mission et s’intégrer davantage dans le commerce mondial, le pays bénéficie, à travers le MCPSP, de l’appui des Partenaires techniques et financiers tels que le Groupe de la Banque Mondiale, l’Organisation mondiale du commerce (OMC),  la Conférence des nations unies pour le commerce et le développement (CNUCED), l’Union Européenne (UE),l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID),la Banque Africaine de Développement (BAD), la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) entre autres.